Comment éviter les personnalités toxiques au travail - Abus et harcèlement au travail

Travailler avec des personnalités toxiques ou subir un harcèlement au travail, c’est malheureusement plutôt courant ! Près de la moitié des salariés disent travailler ou avoir travaillé avec des personnalités difficiles.

Bon d’abord, c’est quoi une personnalité toxique ? On la reconnaît au fait qu’elle est continuellement désagréable, du style à vous hurler dessus sans raison ou, plus subtil, à vous demander constamment des faveurs, comme de plancher sur un dossier un dimanche soir ou à 19h en semaine quand vous avez déjà mis votre manteau. On la reconnaît également au fait – important – que plusieurs autres collaborateurs sont contrariés, découragés (vidés) ou énervés après chaque simple échange de quelques mots avec cette personne. Ils se disent à chaque fois qu’ils feraient mieux de changer de job.

Un petit conseil : changez effectivement de job (ou éventuellement de service s’il s’agit d’une grande entreprise), ou bien mettez en place des mesures pour vous protéger. Voici quelques idées. Toutes ne seront pas forcément applicables à votre situation personnelle, mais il est urgent d’agir sur un maximum de points.

  • Établissez un règlement intérieur qui bannit toute forme d’abus, de maltraitance ou d’exploitation, et faites-le respecter. Du moins si c’est en votre pouvoir…
  • Gardez-vous physiquement loin de l’individu problématique. Une trentaine de mètres entre vos bureaux respectifs constituera une barrière naturelle appréciable.
  • Si vous devez néanmoins participer à des réunions ensemble, essayez de prendre du recul (mentalement), en vous mettant par exemple dans la peau d’un psychiatre : quelle chance d’observer un tel spécimen, n’est-ce pas ? Observez tout ce qui est finalement “ridicule” et “risible” chez cet être. Si vous étiez metteur en scène, qu’est-ce qui ferait pouffer de rire le public de votre film “comédie” ?
  • Raréfiez les communications, y compris par téléphone et par email. Si l’individu vous harcèle par email de façon répétée, prenez le temps de réfléchir et envoyez une réponse groupée (peut-être une fois par semaine seulement) et aussi neutre que possible.
  • Dans toutes vos communications (lorsqu’elles sont “obligées”), veillez à vous placer dans la position de l’adulte ou du parent et non pas celui de l’enfant. Lors de nos séances de coaching, je pourrai vous expliquer les subtilités de l’Analyse Transactionnelle de Eric Berne. Ces concepts sont fort utiles pour renverser la vapeur dans les communications difficiles. Idéal pour booster la confiance en soi.
  • L’attaque frontale est souvent risquée car après un moment de surprise, l’individu pourrait redoubler d’ardeur. Mais c’est jouable si vous avez compris ses failles, et si vous avez des alliés.
  • Si malgré tous vos efforts, les abus continuent, ne risquez pas le burn-out ! N’hésitez pas à aller chercher de l’aide et du soutien plus haut dans la hiérarchie, voire à porter plainte auprès des autorités légales compétentes (en particulier s’il s’agit de harcèlement, sexuel ou autre). Pensez à conserver autant de preuves que possible (y compris les emails et sms reçus). Le cas échéant, cela vous sera ensuite utile au tribunal pour convaincre le juge de votre bonne foi.

Et pour finir, une petite question non subsidiaire que chacun peut se poser : ne serais-je pas moi-même un peu “toxique” pour les autres au travail ? Pourvu que non ! Ceci dit, rassurez-vous, à partir du moment où vous le reconnaissez (si tel est le cas) et que vous souhaitez changer, vous êtes déjà à moitié “guéri”. Quelques séances de coaching et vous devriez repartir sur d’excellentes bases ! Il n’est jamais trop tard pour bien faire… Vous verrez, cela fera du bien à tout le monde et à vos affaires, y compris à vos résultats financiers.

Share Button