Tout le monde rencontre des hauts et des bas dans la vie. Mais certaines personnes ont plus de facilités que d’autres à remonter la pente quand les difficultés sont bel et bien là, par exemple quand les déceptions se succèdent, quand l’adversaire a les dents longues, quand on perd quelqu’un ou quelque chose de précieux, etc.

Cette capacité à “rebondir” ou “se remettre sur pieds” s’appelle la résilience. Et la bonne nouvelle, c’est que cette capacité se cultive !

Face à toute situation de danger, le cerveau humain libère automatiquement des neurotransmetteurs et des hormones pour nous permettre de répondre au danger par la fuite ou l’attaque. Ceci dit, si le système est sollicité trop souvent, c’est-à-dire si l’on est constamment soumis à la peur, il peut s’emballer. De ce fait, on devient de moins en moins capable de trouver des solutions au problème. D’où l’intérêt d’apprendre à gérer le stress. Il est possible d’enseigner au cerveau de nouvelles réponses à donner aux événements, afin de développer la résilience, ou l’art d’évacuer sainement les tensions émotionnelles.

Lorsque le stress survient, dans un premier temps, observez ce qui se passe en vous, aussi bien au niveau des émotions, des pensées, des sensations dans le corps. Ressentez-vous de la colère ? De la tension dans vos bras ? Votre rythme cardiaque s’accélère ? Quelle première pensée vient à votre esprit ?

Ainsi, restez à votre propre écoute, ici et maintenant, sans jugement. Non seulement cela vous permet de rester plus calme (moins stressé), mais en plus, cela vous permet également de mieux comprendre la situation et donc de réagir de façon plus judicieuse.

S’il s’agit par exemple du stress de parler devant un public, il est possible de s’y préparer à l’avance, par exemple en créant un ancrage positif. C’est un terme de PNL (programmation neuro-linguistique) qui signifie : apprendre à ancrer une émotion positive (ressentie auparavant en une autre circonstance), que l’on pourra appeler en lieu et place de la peur, avant ou pendant l’activité problématique en question, ici la prise de parole en public. On entraine donc le cerveau à associer l’expérience négative à quelque chose de positif.

Sans entrer dans le détail de cet exercice de PNL que l’on peut pratiquer en séance de coaching, vous pouvez déjà expérimenter certains bienfaits par vous-même, simplement. Par exemple, si vous avez peur d’entreprendre une nouvelle démarche, rappelez-vous une fois précédente où vous avez mené une action avec succès et remémorez-vous également ce que vous ressentiez à ce moment-là.

 

Bonne pratique !

Il existe d’autres techniques pour gérer le stress. Pour en savoir plus, je vous invite à me contacter pour un accompagnement personnalisé.

Share Button