Gestion des émotions

Vous aimeriez mieux gérer vos émotions ? Vous en avez assez de ressasser les mêmes émotions négatives encore et encore ? Qu’il s’agisse de colère, de tristesse, de honte, de culpabilité, ou autre, il est possible d’apprendre à s’en libérer, efficacement et en douceur. La gestion des émotions à la portée de tous !

L’inconvénient de ces émotions négatives, c’est qu’elles peuvent nous envahir au point de :

  • devenir des idées fixes; cela tourne en boucle dans la tête… jusqu’à nous faire tourner en bourrique ! Exemples : se juger durement (à partir d’un manque de confiance en soi et d’estime de soi), avoir peur de ne pas être à la hauteur pour telle ou telle personne (conjoint, supérieur hiérarchique ou autre), regretter le passé, craindre l’avenir, se culpabiliser pour tous nos sentiments négatifs, etc.
  • nous faire croire que certaines activités nous sont interdites. Exemples : “je suis trop grosse, donc je ne peux pas aller à la piscine” ou “j’ai toujours le trac donc je ne peux pas diriger une réunion.”
  • nous amener dans une forme d’impasse relationnelle, voire de conflit, car on finit par croire dur comme fer que ce que l’on pense sans cesse est la réalité (la seule et l’unique), d’où un manque d’écoute et d’ouverture d’esprit.

Que faire pour éviter tout cela ?

Certains ignorent leurs émotions, afin d’essayer de vivre et d’agir normalement. Le fait de minimiser ainsi leurs émotions (“allez, ce n’est pas si grave, alors passons à autre chose”) ou de les étouffer complètement va certes les aider à faire bonne figure. Néanmoins, deux inconvénients sont à noter :

  • l’émotion refoulée risque fort d’être déversée à l’occasion, dans un tout autre contexte (on se défoule le soir en criant sur les enfants, sur le chien, ou sur la caissière du supermarché)
  • l’accumulation des émotions refoulée risque un jour d’exploser sur le mode de la cocotte-minute, soit vers l’extérieur (crise de nerfs très sonore, violence physique, etc.) soit vers l’intérieur (dépression nerveuse, burnout, etc.).

Alors une façon plus appropriée de gérer ces émotions, c’est d’abord de les reconnaître. Pouvoir observer ce qui se joue en nous, tel un observateur extérieur, c’est déjà le début sur le chemin du mieux-être. Ce qui fait du bien, c’est observer vraiment, ne pas se contenter d’un examen de surface, mais s’interroger sur toute la palette des émotions que l’on ressent. Ceci avec beaucoup de bienveillance et de compassion, bien sûr.
Que cache mon stress ? Peut-être s’agit-il au fond d’une frustration, ou d’une perte d’espoir ?
Ensuite, quelle en est la cause ? Si je suis frustré(e), est-ce dû au fait que je travaille trop ?
Dans ce cas, que puis-je mettre en place pour essayer d’y remédier, au moins en partie ?

Les émotions sont riches d’enseignement. Si l’on prend le soin de les accueillir, de les écouter, elles nous renseignent sur nos besoins et sur ce que nous devrions modifier dans notre vie pour nous sentir mieux. Et quand leur message a été entendu, ces émotions “négatives” n’ont plus de raison d’être.

Ecoutez et approfondissez le message de vos émotions ; cette pratique régulière vous permettra de vous sentir de mieux en mieux, libéré(e) des émotions pesantes.

Si besoin, le coaching professionnel peut vous aider à aller plus vite et plus loin dans la gestion des émotions.

 

Share Button