Qui n’a jamais vécu ou vu une situation de harcèlement ? Que ce soit dans l’enseignement, avec le harcèlement scolaire, ou au travail, avec le harcèlement moral ou le harcèlement sexuel, les harceleurs et autres exploiteurs ont certainement de tout temps existé.
Depuis quelques années, les langues se délient pour révéler et dénoncer ces abus en tous genres, et c’est heureux (si l’on peut dire) que les harceleurs, pervers et autres psychopathes soient enfin progressivement démasqués et mis hors d’état de nuire.

Le harcèlement peut prendre différentes formes, mais certains traits sont souvent rencontrés :

1) La victime (homme, femme ou enfant) n’est pas sûre d’être victime de harcèlement, d’autant plus qu’après la moquerie, la tape sur les fesses ou autre action irrespectueuse, on peut lui dire “oh, mais c’était pour rire”. Elle peut même en venir à penser que c’est elle qui a l’esprit mal tourné, ou qu’après tout, ce qui lui arrive est de sa faute, elle n’avait qu’à mettre une jupe plus longue ou cacher son acné sous du fond de teint.

2) La victime se dit qu’en faisant comme si de rien n’était, c’est-à-dire en supportant en silence, en se faisant le moins remarquer possible, le harceleur (homme, femme ou enfant) va finir par se lasser.

3) La victime n’ose pas en parler à qui que ce soit, car elle craint qu’on ne la croie pas, qu’on se moque encore une fois d’elle (la double punition), ou que cela ne serve à rien et qu’on contraire cela finisse par empirer la situation, surtout si le harceleur l’a menacée de représailles si elle venait à parler.

Or, il n’en est rien :

1) Les paroles ou actes irrespectueux n’ont aucunement lieu d’être. Ils ne peuvent être justifiés par aucune raison valable.

2) Si la victime reste effacée et discrète, le harcèlement ne peut que continuer. Les faibles “arrête” ne font que motiver encore davantage le harceleur, qui se nourrit du manque de confiance en soi de la victime.

3) Un conseil : parlez-en tout de suite autour de vous ! Avec vos proches, vos amis, ou bien avec un professionnel de santé ou un coach de vie, selon la gravité de la situation et votre capacité à la gérer.

Afin de se libérer du harceleur et de son harcèlement, il est nécessaire d’adopter une stratégie adaptée, à l’opposé de ce que la victime a fait jusqu’à présent !
Les stratégies proposées aux enfants et adolescents sont souvent différentes de celles proposées aux adultes. Mais toutes sont “faisables” et efficaces.
Il s’agit la plupart du temps de renforcer la confiance en soi et de déstabiliser le harceleur par des paroles qui vont le surprendre, voire le ridiculiser (si c’est opportun), et donc le calmer définitivement.
Parallèlement, dans le cadre professionnel, une stratégie de défense institutionnelle et légale peut être planifiée ensemble pour être mise en place rapidement.

En tant que coach à Toulouse, je suis votre partenaire pour vous aider à stopper le harcèlement dont vous ou vos enfants sont victimes.

Share Button