Etes-vous toujours en train d’aider les autres, et parfois épuisé(e) de le faire, d’autant que l’on ne vous remercie pas toujours à la hauteur de vos efforts ?
Le “devoir d’aide” peut devenir très pesant avec le temps. Si vous continuez à négliger voire à complètement ignorer votre propre bien-être, le burnout pourrait même commencer à vous guetter ! Eh oui, cet épuisement extrême existe dans tous les domaines, et pas uniquement dans les entreprises !
Etre généreux et aidant est tout à votre honneur, mais point trop n’en faut.

Voici 4 conseils pratiques pour continuer à aider tout en vous protégeant, afin d’éviter le burnout :

1) Faites le point sur vos motivations à aider les autres, sur vos forces et faiblesses, sur vos besoins. En être conscient(e) vous permettra de mieux connaître vos limites.

2) Commencez par vous aider vous-même avant d’aider les autres. En fait, cela devrait être comme l’explique l’hôtesse dans l’avion ; en cas de dépressurisation, lorsque les masques à oxygène sont libérés, il est indispensable d’ajuster le masque sur son propre nez avant d’aider qui que ce soit à côté, enfants compris. Logique. Si l’on n’est pas en forme soi-même, on ne peut plus aider personne.
Pour reprendre une citation de l’écrivain Paulo Coelho : “Lorsque vous dites OUI aux autres, assurez-vous que vous ne vous dites pas NON à vous-même.”
Voyez ce que prendre soin de soi signifie pour vous. Selon les personnes, ce nécessaire moment de détente “juste pour soi”, quotidien ou hebdomadaire, peut prendre des formes variées : une après-midi libre de toute obligation, une séance de yoga, méditation ou fitness, un rendez-vous chez le coiffeur ou l’esthéticienne, un bon bain, un moment de lecture ou d’écriture tranquille en solitaire.  

3) Vérifiez que les personnes que vous aidez le souhaitent réellement. Parfois, on a tendance à en faire trop. Certains “aidés” – il peut s’agir tout simplement du conjoint ou d’un autre proche – pourraient même avoir l’impression que vous les considérez comme incapables, car vous faites tout à leur place. Commencez par considérer que ces personnes adultes sont en mesure de mener elles-mêmes les actions favorables à leur bien-être, et de vous demander une aide spécifique à certains moments uniquement si elles en éprouvent le besoin, au moment voulu. En cas de doute, posez-leur simplement la question : “as-tu besoin de mon aide ?”. Cette respectueuse distanciation aura un autre avantage : votre soutien sera alors vraiment apprécié. Et sans doute l’ “aidé” manifestera-t-il davantage sa gratitude !

4) Apprenez à dire NON. En effet, certaines personnes n’osent pas dire non, par peur d’être mal vu(e) ou de perdre l’affection de l’autre. Or, il est tout à fait possible de dire non de façon respectueuse et bienveillante. Pour en savoir plus à ce sujet et apprendre à vous affirmer en douceur, grâce à une communication adaptée, pensez aux séances de coaching Toulouse.

Share Button