bébé

Observer la sagesse innée du parent face à son bébé peut être source d’inspiration pratique au service de notre vie relationnelle, au-delà de la relation parentale.

En effet, que nous enseigne le nouveau-né ? (curieux, n’est-ce-pas, car on aurait pu croire que les leçons ne vont que dans le sens parents-enfants 🙂  )

1) Chacun dépend des autres pour sa survie et sa réussite.

On a beau jouer les durs et se croire parfaitement indépendants, on reconnaitra quand même que comme les bébés, on a besoin de l’attention bienveillante des collègues, amis et parents proches pour bien vivre. On ne se construit pas tout seul !

2) C’est bon de donner de l’affection aux autres sans rien attendre en retour.

On a souvent tendance à aimer ceux (et exclusivement ceux) qui nous rendent des services.

Le bébé ne “mérite” rien en particulier car il n’aide personne ; il n’arrête pas de pleurer, et sinon, il dort… Malgré ça, on se consacre à lui, on prend soin de son bien-être, sans rien attendre en retour ! C’est certainement la forme d’amour la plus pure.

Si quelqu’un a besoin de soutien, et si je suis disponible pour donner, alors je peux proposer d’aider, tout simplement !

3) La méchanceté n’est souvent que la façade de la peur ou de la fatigue.

Le bébé ne peut pas exprimer en paroles ce qui ne va pas et ce pourquoi il pleure. C’est au parent de deviner. Notre générosité dans l’interprétation du problème est admirable ! Quand il pleure, on ne l’accuse pas d’être égoïste ou méchant. Quand il lance des coups de pieds, on se dit d’emblée qu’il doit avoir peur ou bien qu’il a mal quelque part.

Comment serait le monde si chacun d’entre nous pouvait réagir de la sorte avec autrui ? Si l’on ne s’arrêtait pas aux apparences (air bougon, jalousie, colère ou autre) mais que l’on essayait de comprendre la source possible (peur, douleur, épuisement…).

4) Les relations affectueuses nourrissent notre bien-être.

Le bébé n’a que faire du montant de vos revenus mensuels. Ce sont vos caresses, les rires partagés et autres doux moments qui lui permettent de se développer au mieux.

Malgré les difficultés du quotidien sur divers plans (professionnel, santé, etc.) et nos efforts pour assurer au mieux notre confort matériel, n’oublions pas de manifester notre affection à ceux qui nous sont chers et de partager avec eux des petits (ou grands) moments chaleureux, aussi souvent que possible. Ces échanges sont précieux.

Tant qu’il y a de l’amour, il y a de l’espoir !

Share Button